samedi 24 juillet 2010

Saroudalf

Il a troqué son ample manteau et son bâton, mais on ne peut se méprendre. Même là, mêlé à la foule des villageois, il a encore ce regard profond que seuls les mages aiguisent au fil des âges.
Et ce déguisement de binocles, de barbe raccourcie, de toiles modernes et anonymes ne sauraient tromper le Marcheur que je suis. Trop de quêtes en sa compagnie, trop de coups du sort. Décidément, les heures de cette Vallée sont peut-être comptées...

Aucun commentaire: