samedi 19 juillet 2008

Ma non troppo

Derniers souffles de l'accordéon que Z. a déjà rangé dans son étui de skaï noir. On n'entendra plus ces notes virevoltantes ; ou peut-être si, la, solitude fallacieuse mi-dorée mi-bémol, enfin, quand s'arrête le concert.
A plus tard, pour sûr, à Pékin ou ailleurs...

Aucun commentaire: