jeudi 17 juillet 2008

Il n'est pas 5 heures

Encore de ces visions nocturnes dans les ruelles de la ville que l'on ne quitte jamais.
L'obscurité au mitan de la nuit y rougeoie toujours, sous les feux de l'urbaine étendue.
Clignotent aussi quelques néons épars, dans ces étages étroits qui nous surplombent.

Aucun commentaire: